Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rouletabille Theatre

Rouletabille Theatre

création - transmission - médiation


Créer, c'est résister - Résister, c'est créer

Publié par Compagnie Rouletabille Théâtre sur 11 Décembre 2012, 11:06am

crédit photo : Vincent Varée

crédit photo : Vincent Varée

Créer, c'est résister - Résister, c'est créer




Samedi 01 décembre 2012, à l'initiative de l'Université Populaire en Périgord, un après-midi forum a eu lieu à la Filature. Cet évènement parrainé par Stéphane Hessel a réuni 25 associations passeurs de mémoire, de culture et de solidarité.
A cette occasion Rouletabille a présenté son arbre de la résistance accompagné d'un texte.

L'indispensable transformation sociale et politique de notre société exige un approfondissement sans précédent de la démocratie.
Cela ne peut se produire que par une émancipation individuelle et collective des hommes, maîtres de leur devenir commun.
Des hommes et des femmes agissent, collectivement ou individuellemnt, générant un foisonnement d'initiatives et de luttes dans de multiples domaines. Ils sont acteurs de leur vie, de leur territoire et de la communauté humaine.


Résister c'est créer, c'est être en dehors, à côté.
Le 29 juin 2012, le théâtre de la Bastille a clos sa saison en laissant la troupe de Gwenaël Morin, du théâtre permanent d'Aubervilliers, rejouer ses 5 pièces de 19H30 au petit matin.
Gwenaël Morin définit ainsi son théatre : Faire du théâtre un lieu où se créent, et s'exercent les formes d'une responsabilité collective. Faire du théâtre un lieu où vivre une expérience de la relation à l'autre. Faire du théâtre un espace politique. Rendre l'accès au Théâtre Permanent le plus perméable, le plus direct et le plus simple possible. L'accès au Théâtre Permanent doit être libre, c'est à dire sans autre contrepartie que celle d'y prendre part en y engageant sa responsabilité individuelle. Avec le Théâtre Permanent je veux déplacer l'acte symbolique de louer une place de théâtre à l'acte symbolique de se constituer spectateur. La gratuité établit une continuité entre l'espace de la rue et l'espace de la salle ( pas de frontière, pas de barrière de péage, pas de tri). La gratuité établit un principe d'égalité universelle. La gratuité crée le sentiment commun.


Résister, c'est acceuillir.
Chaque fin d'été convergent à Lussas, 5000 spectateurs et professionnels passionnés de cinéma documentaire. Au coeur de la rue principale du petit village ardéchois, une maison s'ouvre à quelques réalisateurs, amis africains et étudiants.


Résister, c'est partager.
Le centre social et culturel du Ruffécois déploie une activité intense pour "changer la vie", avec plus de 5000 adhérents issus d'une quarantaine de communes charentaises. Leur dernier rêve en date : organiser un lâcher de poètes dans la petite ville, que chacun parle à chacun.
Il y a de l'utopie jusque dans les champs de colza.


Résister, c'est rassembler.
En mars dernier, le monde des sourds donnait aux entendants l'occasion de côtoyer sa culture avec le spectacle chorégraphique "Les survivants", de la compagnie Danse des Signes. C'était à l'international Visual Théâtre, à Paris, un lieu qui se trouve aujourd'hui menacé de fermeture, faute de soutiens publics...


Résister, c'est exister mais c'est pas gagné !
La psycologue Elisabeth Hanet fait état de la disparition d'une consultation médico-psychologuique.
Et oui, en pédopsychiatrie : "La qualité, c'est terminé !"


Résister, c'est créagir.
L'association Clinamen fait entrer la campagne à la ville, ses huit moutons sillonnent le quartier des Francs-Moisins à Saint Denis. Au delà du pittoresque cette présence incongrue de l'animal en ville, ébahit, ravit, réveille une mémoire collective et tricote des liens entre habitants.


Résister, c'est rêver.
Raja Farhat vient de créer :" Bourguiba, dernière prison". Habib Bourguiba, autocrate laïc éclairé, avait démocratisé l'école, libéré la femme des carcans de la tradition et instauré une exigence de dignité.
Ce spectacle a été présenté dans plus de cinquante théâtres et maisons de la culture, au nord et au sud de la Tunisie. Les vieux retrouvaient l'âge d'or des grandes réformes et des grands combats contre l'illetrisme, la pauvreté et pour la culture.


RESISTER, C'EST ÊTRE !

Je suis convaincu que l'avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes. C'est par cette voie que l'humanité devra franchir sa prochaine étape.

Stéphane HESSEL

crédit photo : vincent varée
crédit photo : vincent varée
crédit photo : vincent varée
crédit photo : vincent varée
crédit photo : vincent varée
crédit photo : vincent varée
crédit photo : vincent varée

crédit photo : vincent varée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents